Apprendre une langue là où elle est parlée. L’espagnol en Espagne, par exemple. Une semaine à Madrid ou deux à Séville. Cela semble aussi logique qu’attirant, notamment pour un professionnel qui doit perfectionner son espagnol.

De Taalsector a réalisé une étude de marché dans le domaine de l’apprentissage des langues « in-country » , en d’autres termes les voyages, vacances ou séjours linguistiques. Quelles solutions ce secteur peut-il offrir pour le B2B ? Comment le secteur se présente-t-il ? L’apprentissage « in-country » peut-il être intéressant pour votre entreprise ?

De Taalsector a fait appel à un client mystère et a pris contact avec 22 prestataires de services « in-country ». À l’occasion de l’événement The Value of Language (16 mars 2016, Bruxelles), vous découvrirez les résultats de cette étude.

Qui est le client mystère et quelle solution cherchait-il ?

La situation

Kervyn, 28 ans, est francophone et travaille pour De Taalsector (Gand). Afin de mettre sur pied une plate-forme pour les professionnels de la langue espagnole, sur le modèle de De Taalsector, il se rendra en Espagne en janvier 2016. Au programme, des conversations avec divers acteurs du secteur de la langue espagnole : professeurs de langue, professionnels du littérisme, traducteurs, concepteurs de manuels d’espagnol, interprètes, rédacteurs publicitaires et techniques, ainsi qu’une entreprise IT et une maison d’édition. Il souhaite donc se rendre en Espagne en décembre. Une semaine si possible, deux si nécessaire.

L’étudiant/employé

Kervyn pense que son espagnol est d’un assez bon niveau, mais un peu rouillé par manque de pratique ces dernières années. Il aimerait rafraîchir ses connaissances de base, en accordant une attention particulière à l’espagnol des affaires. Lors de ses études, il a en effet peu appris l’espagnol pratiqué en entreprise.

L’employeur

Son employeur, De Taalsector, consent à lui donner une motivation sous la forme d’un court séjour linguistique en Espagne et est prêt à payer la facture. Pour le reste, Kervyn peut lui-même organiser son voyage. Son employeur souhaite prendre une décision sur base d’un devis.

L’offre

En vue de son séjour linguistique en Espagne durant le mois de décembre, Kervyn a exploré 22 propositions de voyages ou séjours linguistiques, afin de trouver la solution la mieux adaptée à sa situation.

22 possibilités

Quels étaient les 22 organismes à proposer ces solutions ? Lesquels ont réagi ? Dans quels délais ? Lesquels ont envoyé une brochure de présentation ? Lesquels ont pris contact avec Kervyn pour un entretien exploratoire ? Lesquels ont également pris la peine de contacter l’employeur ? Lesquels ont testé le niveau de Kervyn en espagnol ? De quelle manière ? Comment se présentaient les différents devis ? Quelles solutions ont été proposées : quel endroit en Espagne, quelle date de départ, quel prix, quelle durée du séjour, une formation collective, individuelle, combinée, ou encore d’autres solutions (en ligne, hybride, etc.) ?

Conclusion

Quelles ont été les meilleurs offres ? Quel prestataire de services Kervyn a-t-il finalement choisi pour son séjour linguistique en Espagne au mois de décembre ?

Atelier / présentation

Pour connaître la conclusion de cette étude, venez à l’atelier qui se déroulera à 16 h au Marché de la Langue dans le cadre de l’événement The Value of Language (16 mars 2016, Bruxelles). Kervyn dirigera lui-même l’atelier / la présentation. Il a rassemblé tous les résultats dans des tableaux structurés et tire ainsi des conclusions claires, basées sur des faits.

Débat

Que pensez-vous des résultats de cette expérience d’évaluation mystère ? Êtes-vous agréablement surpris en voyant les offres ? Ou plutôt déçu ? Songez-vous désormais aussi à un voyage linguistique pour vos collaborateurs ? Ou est-ce hors de question ? Comment voyez-vous l’avenir de l’apprentissage « in-country » ?

 

(Photo : Diego Medrano)